Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Nouveau : Turbulences champêtres, collection "Le net au pré"

   turbulences-champetres-copie-1.jpgMichel Zordan écrit « Turbulences champêtres » en 2004 et 2005. Dans le même temps, il s’essaye dans d’autres registres. En quelques mois, plus de 3 000 pages et dix titres sont tracés  dont « Les Exilés de L’Arcange », la saga des Montazini. Durant les trois années qui suivent, l’auteur laisse ses histoires dormir dans un tiroir. Il ne les réveille que pour apporter quelques petites retouches, « du relief » comme il dit.

 

Fin 2007, il  tente l’expérience de l’édition.

 

 

Quatrième de couverture - Le Sud-Ouest est l’une des régions de France les plus prisées par les Anglais, ils s’y installent et cultivent la nostalgie des vieilles pierres et celle d’une lointaine époque.  Cette situation n’est guère du goût de tous les indigènes.  Certains  considèrent en effet que ces populations ne font que reconquérir par l’argent,  les territoires dont ils avaient été chassés par notre Jeanne d’Arc emblématique. Ils les accusent de tous les maux, mais surtout de faire indûment grimper les prix des biens qu’ils convoitent. Toutefois,  il est très rare que l’un de ces natifs,  lorsqu’il a lui-même une maison à vendre, refuse la proposition d’un « envahisseur », qui la plupart du temps est bien supérieure à celle  des locaux.

Dans la petite commune de Saint-Jean,  la situation était encore plus alambiquée. En quelques mois le bourg avait acquis une notoriété certaine, et même durant l’hiver de nombreux touristes faisaient le détour. Cette célébrité soudaine  avait pour effet de faire gonfler le nombre des personnes voulant y résider. Pour les habitants c’était selon. Pour ceux qui pensaient n’avoir rien à gagner (sinon des em…), une grande part de responsabilités incombait au père Deslandes et à son épicerie. Pour d’autres, les plus éclairés ( enfin, tout dépend du camp dans lequel on se place) ceux qui avaient un peu ou beaucoup à gagner  le curé était le sauveur. C’était le précurseur, celui qui avait montré la voie. Une  lumière, peut-être divine était apparue dans le ciel de notre magnifique Sud-ouest et notre curé avait su le premier trouver « l’interrupteur ».

 

Bref, notre bourg se voyait maintenant jusqu’à Londres et même bien au-delà et les conséquences n’allaient pas tarder à se faire ressentir.

 

 Auteur : Michel ZORDAN
Éditions 3Z-  ISBN 978-2-9532863-9-7-
collection « le net au pré »
 


Archives

À propos

Littérature - L'auteur présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.