Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

27 Jun

L'héritière aux deux royaumes

Publié par Michel Zordan

L'héritière aux deux royaumes 

ISBN 978-2-9532863-8-0  -  240 pages 

– Mona, l’amour n’avertit pas, ça arrive comme ça. Ça vous tombe dessus, sans trop savoir ni pourquoi, ni comment, sans se préoccuper de la couleur de peau. L’amour est une alchimie imprévisible que personne n’a jamais réussi à décrypter. L’amour va au-delà des conditions et des raisons, l’amour c’est ce qu’il y a de plus juste sur cette terre. Mais tu m’avais déjà posé cette question, est-ce si important pour toi de savoir ?

----------------

Le destin, est-il réellement cette force que l’on prétend inéluctable et qui réglerait sans appel possible le cours des choses à venir ? Cette histoire trouve sa genèse vers la fin des années 60, en Afrique, dans la RCA de Jean-Bedel Bokassa. Début mai 1968, la France bascule dans les événements. Quelques mois plus tard, frustré par les fades résultats apportés par cette « pseudo révolution », un jeune homme prend prétexte d’une déception amoureuse pour devancer l’appel de son service militaire.

  Extrait 1 : – William, tu pourrais tomber amoureux d’une fille à la peau noire ?

 Mona avait décidément de la suite dans les idées et le chic pour me surprendre. Ce n’était pas vraiment le lieu, ni le moment de parler de ça, mais je répondis.

– Mona, l’amour n’avertit pas, ça arrive comme ça. Ça vous tombe dessus, sans trop savoir ni pourquoi, ni comment, sans se préoccuper de la couleur de peau. L’amour est une alchimie imprévisible que personne n’a jamais réussi à décrypter. L’amour va au-delà des conditions et des raisons, l’amour c’est ce qu’il y a de plus juste sur cette terre. Mais tu m’avais déjà posé cette question, est-ce si important pour toi de savoir ?

Mona ne répondit pas, mais son visage s’éclaira plus encore. Après quelques kilomètres, elle remit ça.

– William, le jour de notre départ tu m’as embrassée, le lendemain aussi, et depuis plus rien.  Je ne te plais plus ?

Je venais juste de réaliser que Mona et moi avions abandonné, sans même nous en rendre compte, le « vous » pour le « tu ».

– Mona, tu me plais toujours autant, je crois juste que la situation ambiante ne s’y prête pas. 

Enclavée dans le fond d’une petite gorge, la piste devenait de nouveau très difficile. J’avais l’impression que toute l’eau du monde était passée par ici. Devant nous, un trou de presque un mètre profondeur. Je roulai au pas, le second pont engagé, je pus franchir l’obstacle, mais j’hésitai à poursuivre. La chaleur était torride, à peine supportable, pourtant Mona ne se plaignait pas. Mon chapeau de brousse tenait plus d’une serpillière que d’un chapeau. Je le mis à sécher à l’arrière de la jeep et coiffai une casquette.

– Mona, tu vas rester ici, avec la jeep, moi je vais faire une petite reconnaissance à pied.

 Moins d’un quart d’heure plus tard j’étais de retour.

 – Alors, comment est-ce plus loin ?

 – Nous avons encore trois à quatre cents mètres un peu compliqués, mais ça ira. Après, nous pourrons remonter sur le côté et partir à travers la savane. Nous allons naviguer à la boussole.

Il faisait chaud, très chaud. Mona retira son foulard et s’approcha de moi. Son visage me semblait encore plus lumineux, son grain de peau encore plus exceptionnel. 

Extrait 2 - Cette première soirée, nous la passâmes au bord de la rivière, sur un banc de sable, à quelques mètres seulement d’un petit bosquet. Il faisait encore chaud, mais Mona, animaux sauvages obligent, tenait quand même à faire un feu. Assis à même le sol, le dos contre un tronc d’arbre, nous savourions notre liberté retrouvée. Nous n’étions pourtant qu’à quelques heures seulement du village Zandé, que nous avions quitté le matin même. Mais nous avions l’impression qu’une éternité nous séparait de ce lieu, de cette vie. Nos regards ne semblaient plus les mêmes. Ces quelques jours qu’avait duré notre périple, notre séjour dans le village, les quelques péripéties vécues, l’environnement dans lequel nous nous trouvions les avait métamorphosés. Et l’éclosion se produisait maintenant, à cet instant précis. Nous captions la moindre petite chose avec une attention toute particulière, comme si le banal spectacle de cette trépidante nature reflétait une situation essentielle, dont nous n’avions jamais pris conscience auparavant : le criquet qui grimpait sur une tige d’herbe et ce minuscule oiseau faisant des va-et-vient incessants devant nous, ces fourmis semblant égarées, courant dans tous les sens, puis repassant chargées comme des mules, ces perroquets qui se posaient au sol, pour repartir rapidement vers la pointe des arbres, ces petits singes se balançant d’une branche à une autre. Et si toutes ces petites choses insignifiantes que nous remarquions à peine, les considérant comme très ordinaires, banales même, étaient en réalité l’image vraie de la vie sur cette Terre ?

Pourquoi toutes ces espèces qui nous côtoyaient tous les jours et depuis toujours semblaient-elles vivre comme au premier jour ?

Pourquoi étions-nous la seule espèce à avoir voulu avancer et avancer dangereusement même. Nagasaki et Hiroshima n’étaient pas si loin. Et si nous n’étions que des envahisseurs, venus d’une autre planète avec pour simple but de coloniser la planète Terre comme les Américains et les Soviétiques s’apprêtaient à le faire avec la conquête de la Lune ? Qui étions-nous réellement ? Qui étaient les humains ? Que venions-nous faire sur cette Terre ? Étions-nous ses amis ou bien ses ennemis ?

---------------------------------------------------------------------------------  

Ebooks KOBO  https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/l-heritiere-aux-deux-royaumes

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.